Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

2014-02-02

2009 - de JUI à SEP - chap. XXII


Page précédente ici

XXII. Fahrenheit 451






Juillet

10 – Sont en vente sur le site officiel Findmadeleine des "holiday travel packs" à 1,75 £ (poster, sticker, étiquette... avec deux photos, 3 ans (rajeunie) et 6 ans (vieillie), dont aucune ne ressemble vraiment à la petite fille qui séjournait à PDL.

15Martin Grime témoigne dans l'affaire Parker (disparition d'un femme en mars 2007 à LaFayette). Le chien EVRD (Eddie, qui a alerté à PDL) signale une odeur de cadavre dans le garage (septembre 2007). À l'avocat d'office qui émet l'hypothèse de nourriture, MG répond que sa tâche est d'étudier le comportement du chien, pas de construire des hypothèses. Le juge ne retiendra pas ce témoignage au grand regret du FBI dont The Evidence Response Team Unit espérait que serait établi un précédent en cas d'absence de cadavre. Le mari, un officier de police, est néanmoins condamné à la prison à vie. Le corps sera retrouvé un an plus tard.  


21 – La MP Lynne Jones, sollicitée pour soutenir une pétition en vue d'examiner le rôle joué par le Leicestershire Constabulory dans l'affaire MC, ne croit pas à une conspiration, ne sait pas ce que des Springer Spaniels ont pu sentir et n'a aucun moyen d'enquête, mais s'engage à faire suivre la requête à Downing Street. Sa localisation en Espagne de Gonçalo Amaral déclenche plusieurs lettres de protestations, puis ses excuses.








Août



03 – Le Leicestershire Constabulory fait les comptes : en sus des 548 mille livres qu'a coûté l'affaire MC en 2007/2008, 197 mille ont été dépensées cette année, soit un total de presque 750 mille livres. Aucune justification des dépenses nouvelles, postérieures au classement du dossier n'est fournie, mais le Home Office est sollicité pour remboursement.


06 – Conférence de presse à Londres, devant le si décrié, stigmatisé, voire anathématisé tribunal de l'opinion publique, du public opinion manager, autrement dit du spin doctor  Clarence Mitchell avec, à ses côtés, le détective privé Dave Edgar, tous deux au nom de Madeleine's Fund Est présenté comme une piste très solide le portrait-robot d'une Australienne, rencontrée dans un restaurant du port de Barcelone à l'aube du 7 mai 2007 par un citoyen britannique (non identifié) qui a contacté plus de 2 ans plus tard non la police, mais  le clan MC... ce qui dispense de chercher plus loin la mesure des respectives compétences.
C'est la deuxième fois (la première était en janvier 2008/Cooperman) que l'on assiste à la convocation de la presse par un chargé de communication privé afin de divulguer un portrait-robot comme le fait la police dans les affaires criminelles régies par la Common Law. Ce fait sans précédent est toutefois moins étonnant que l'abstention quand il s'est agi, en septembre 2008 des portraits-robots de Smithman obtenus par leur seconde équipe d'enquêteurs (Halligen, Exton & Co) : puisque les MC avaient par deux fois divulgué un portrait-robot de ravisseur potentiel, pourquoi ne l'ont-ils pas fait une troisième
Le site officiel parle de "femme australienne" et donne son signalement.   


Malgré l'affichage du sceau du secret, moins de vingt-quatre heures plus tard toute la presse publie les énigmatiques paroles d'une "sosie" de Victoria Beckham : Est-ce vous qui allez me donner ma fille ? ("fille" peut désigner 7g de cocaïne, selon Urban Dictionnary.



08 – La police australienne enquête. La conférence de presse a déclenché plus de 600 appels téléphoniques et courriels. 

La journaliste Lindy McDowell (Belfast Telegraph) se demande opinément si la mobilisation répétée de l'attention du public par l'accumulation des suspects, de l'œuf chevelu à la fausse Spice Girl et celle des signalements ne serait pas contreproductive, pour ne rien dire de la crédibilité d'un individu qui, pour des raisons personnelles, garde secrète une information malgré l'étalage pathologique de la disparition au niveau planétaire. Un autre hareng rouge ?




09 – Une femme de 53 ans, sans grande ressemblance avec Victoria Beckham, se voit contrainte à nier qu'elle ou sa fille de 5 ans ont quelque chose à voir avec Madeleine MC, après une dénonciation faite, par évidente contagion, à la police de Sydney. 
 

Une multimillionnaire, australienne et propriétaire d'un yacht qui aurait ancré à Barcelone début mai 2007, est identifiée mais le skipper déclare que le bateau ancré à Barcelone était vide (les passagers étaient à Antibes) et n'était jamais allé au Portugal. Les détectives des MC ne s'en envolent pas moins vers l'Australie.

10 – Les effets de la rocambolesque conférence de presse continuent à se faire sentir : une Madeleine de pacotille près de Stockholm et une autre en Australie.

Charlie Becker écrit  Baby P and the power of Internet (The Guardian) : It wasn't the Sun that did it. It was the social networkers. Les MSM révèlent maintenant ce qui était déjà de notoriété publique sur le Web, l'identité de Baby P. L'article s'achève avec l'observation suivante : protéger les meurtriers, lorsqu'ils sortiront de prison, coûtera une fortune aux contribuables.


13 Machado Helena et Santos Filipe publient The disappearance of Madeleine McCann : Public drama and trial by media in the Portuguese press ("Drame public et procès médiatique dans la presse portugaise"),  in Crime Media Culture, vol. 5 n° 2, pp. 146-167. 
L'extraordinaire couverture médiatique de la disparition de la petite Britannique Madeleine MC surgit comme un exemple qui illustre bien les notions de drame public et de procès médiatique. L'article présente une analyse comparative des perspectives et des dispositifs narratifs employés par deux journaux portugais pour établir un dialogue avec leurs lecteurs respectifs. Les affaires criminelles à haut profil car médiatisées sont virtuellement susceptibles de rester dans la mémoire du public et de devenir des références culturelles pouvant affecter les représentations que le public se fait du crime et de la justice. Dans cet article l'analyse est limitée à quelques journaux portugais caractéristiques. S'y affirme une distinction fondamentale entre presse de qualité et presse populaire qui peut être liée aux différences inhérentes au marché et aux lecteurs implicites. Le style distancié, neutre et réfléchi de la presse de qualité contraste avec la construction d'une narration sensationnaliste dans la presse populaire. Celle-ci fournit à ses lecteurs leur dose quotidienne d'une participation par procuration dans un drame criminel qui se développe en procès médiatique, soutenu par une rhétorique qui encourage les lecteurs à prendre parti. Les récits sensationnalistes des médias peuvent miner les principes d'un procès juste et la présomption d'innocence. Mais ils peuvent aussi susciter des énergies collectives pertinentes menant à des processus de changement.
Publié ici en portugais : O desaparecimento de Madeleine McCann: Drama público e julgamento mediático na imprensa portuguesa, in Helena Machado; Filipe Santos (org.), Justiça, ambientes mediáticos e ordem social. Vila Nova de Famalicão: Húmus, pp. 57-83 (2010).
Version plus ancienne de cette étude sous le titre Justiça e a imprensa - construção de dramas públicos e projeção de julgamentos mediáticos.


15 – Plusieurs journalistes d'investigation découvrent qu'aucune enquête élémentaire n'a été engagée avant la conférence de presse du 6 août : Le propriétaire du restaurant où le mystérieux citoyen britannique a rencontré le mystérieux sosie de l'ex-Spice Girl n'a pas été interrogé, pas plus que le propriétaire du bar voisin où la dame a été vue ensuite et pas davantage le directeur du port de Barcelone,  les diplomates britanniques à Madrid, etc. Dave Edgar assume la responsabilité, mais Clarence Mitchell refuse de discuter en détail qui a été interrogé ou non, pour des raisons opérationnelles, affirme avec une franchise désarmante que les polices britannique et portugaise ont été prévenues et conclut que la conférence de presse a eu lieu pour la simple raison que, une fois réalisé le portrait-robot, nous avons besoin de l'aide du public !


28 – The Evening Standard publie article mordant du journaliste d'investigation Mark Hollingsworth sur Kevin Halligen, chef d'une équipe d'enquêteurs privés, recruté par Brian Kennedy et payé par Madeleine's Fund. KV, qui se révéla être un escroc, allait être arrêté deux mois plus tard et mis en préventive où il passa le plus clair de son temps à combattre, avec succès, une demande étatsunienne d'extradition pour escroquerie à grande échelle. Affaire Halligen ici, ici et ici. Il pourrait être dangereux pour les hommes d'affaires de jouer les détectives. 







Septembre


04 – À la suite d'un signalement dans le Devon : un homme et sa belle-fille de 8 ans amenés au commissariat pour identification.


09 – Tribunal Civil de Lisbonne : Examen de l'assignation en référé des MC et de leurs trois enfants contre Gonçalo Amaral et al. (l'éditeur du livre "Maddie, la Vérité du Mensonge", le producteur du documentaire et la chaîne TV qui a diffusé) où sont évoqués deux interviews de G. Amaral, l'une dans le Correio da Manhã (24 juillet 2008, "Le cadavre a été congelé ou gardé au frais") et l'autre dans Le Parisien (7 mai 2009, "Les parents de Maddie ne veulent pas la vérité"). Les défendants ne sont pas entendus et n'auront connaissance que de la décision de la juge, Amélia Puna Loupo. 
Décision est prise de suspendre la vente du livre Maddie - A Verdade da Mentira et du documentaire qui s'en inspire (sur DVD) et ordre est donné du retrait du marché et des stocks de tous les exemplaires, à remettre aux avocats des MC. L'auteur et les éditeurs ont l'interdiction de procéder à la citation, l'analyse ou le commentaire, oralement ou par écrit, de parties du livre ou du DVD défendant la thèse de la mort ou de l'occultation du corps. Une amende de mille euros par jour est prévue en cas de non respect de ces dispositions. Cette décision rapide, qui vise à préserver les droits des demandeurs, n'est toutefois que provisoire et soumise à l'appel des défendants (jugement le 12.01.2010). Les MC satisfaits de cette décision, saisissent l'occasion pour rappeler que la thèse de GA leur a causé et leur cause encore une incroyable détresse, et sans aucun doute a nui à MMC.
Selon la juriste Marta Madalena Bothelho (blog) et à la différence de la Cour, il n'y a pas ici de conflit de droits fondamentaux. Si cela était, force serait de trouver juste que le tribunal ait sacrifié la liberté d'expression au droit à l'honneur et au bon nom. Mais la juriste considère que ni l'honneur ni le bon nom n'ont été offensés (traduction du document ici ou ici).Comme l'écrit ironiquement Georges Moréas, la seule personne à être poursuivie, et condamnée, dans l'affaire Madeleine MC, est le policier qui a mené l'enquête au cours des 5 premiers mois. Il est finalement curieux que les MC s'en soient pris au livre, très mesuré quant aux MC à la différence des interviews qu'il a donnés après la publication. On peut penser que le service juridique de l'éditeur a été très prudent : l'ex-commissaire se limite à énoncer les faits sans tirer de conclusion personnelle. Amaral est certainement convaincu de ce qu’il avance, bien que les enquêteurs n'aient réuni qu'un maigre faisceau d'indices, sans aucun preuve matérielle. Il serait beaucoup plus crédible s'il affirmait clairement que sa théorie n’est qu’une théorie et que les faits sur lesquels il s’appuie n’ont pas été avérés ni au moins confortés de manière satisfaisante.
GA aurait-il affirmé sa conviction si son équipe n'avait pas, aussi, été convaincue ?



  
Interviews de GMC à Sky News, à ITN News, à STV (transcriptions) : il est certain que Madeleine aura souffert de l'effet négatif de ce livre et du documentaire sur la recherche.

Interview de GA au Telejornal (RTP),  (transcription)





11 – Découverte, au Mans, du corps d'une fillette de 8 ans, disparue il y a un mois. Ses parents, qui avaient monté un scénario d'enlèvement, ont fini par avouer, confrontés à leurs contradictions.


13 – Lettre ouverte à Kate MC de Sofia Amaral, épouse de Gonçalo, en réaction à l'action en diffamation des MC qui demandent plus d'un million de livres de dommages. En effet, selon Gerald, si les gens croient que Madeleine est morte, nous n'aurons plus de renseignements.

Inspiré par les histoires de Natascha Kampusch  et Jacee Dugard, toutes deux enlevées dans la rue et devant témoins, Dave Edgar déclare au Belfast Telegraph que Madeleine est captive dans un repaire satanique... peut-être dans une cave ou un donjon... telle Natasha K. ou Jaycee LD, dans un rayon de 10 miles autour de PDL, région sauvage et de non-droit... où vivent des marginaux..., pratiquement impossible à fouiller complètement. Madeleine pourrait parler une autre langue et ne se souvenir ni de son nom ni de sa famille. Des tests ADN Low Copy Number (LCN) plus étendus seraient la clef de l'affaire. On justifie ses échecs comme on peut. Mais pas un sou n'a été investi pour tenter de découvrir le donjon... Du reste les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être : l'agence Alfa Investigations Group que dirigent D. Edgar et l'ex-policier Arthur Cowley et à laquelle se réfère le Belfast Telegraph n'existe que pour les médias et le public. DE et AC sont seuls et travaillent sous les ordres du milliardaire Brian Kennedy.



15   Disparition de Maddie : le livre interdit, par Georges Moréas.

20 – Après une semaine à PDL, Donal MacIntyre publie dans le tabloïd Sunday Express "Je sais comment Madeleine a été enlevée" que Mark Williams-Thomas qualifie sur Twitter de non réfléchi et non fondé. On justifie des séjours au soleil comme on peut.

21Kate MC, sur site officiel, fait savoir que, suite à la conf. de presse concernant la "dame australienne" de Barcelone, les détectives privés des MC ont reçu un millier de courriels et appels téléphoniques sur lesquels ils travaillent. Madeleine mérite tellement mieux que l'insistance de GA à répéter qu'elle est morte.

23 – Les MC sont ensemble à Lisbonne pour la première fois depuis deux ans. L'objectif, selon leur spin doctor Clarence Mitchell, est une réunion de travail avec leurs avocats portugais et leurs conseillers en communication pour préparer l'action contre l'ex-inspecteur Gonçalo Amaral. Transcription ici.



Toutefois, le discours des MC est différent. Il s'agit et il s'agit seulement de dynamiser la recherche de Madeleine : Rien n'indique qu'elle soit morte et rien ne les implique dans sa mort, message qu'ils pensaient voir s'imposer après la publication des PJFiles. Donc Madeleine est probablement vivante.   Transcription ici.

 

Malgré le titre, ce n'est qu'un extrait de la conférence de presse


À la fin de ce clip, l'avocat Rogerio Alves déclare s'être demandé ce qu'il était possible de faire sous un prisme légal pour que les recherches soient mises sur pied, vivifiées..
 

24 – À travers leurs avocats, Adam Tudor et Stephen Loughrey, du cabinet Carter-Ruck, les MC souhaitent discipliner les sites mettant en cause leur comportement ou insinuant qu'ils pourraient ne pas être étrangers à la disparition de leur fille. Certains bloggers ont reçu une lettre d'intimation, en particulier l'ex-avocat Anthony Bennett dont la cible est la négligence des parents et qui a publié sur la Toile le pamphlet What really happened to Madeleine McCann – 60 reasons that show that she was not abducted.

G. Amaral dépose une requête contre la décision de suspendre la vente de son livre. Selon son avocat, António Cabrita, le livre n'offense en aucune manière le bon nom et la réputation des MC, et n'a pas d'impact sur la recherche de leur fille. La "théorie de GA" résulte de l'enquête menée par le Ministère public.


29 – Est vendu conjointement avec le Correio da Manhã le DVD du documentaire inspiré par le livre de Gonçalo Amaral "Maddie - A Verdade da Mentira".

Est lancé en souscription sur la Toile The Faked Abduction ("Le faux enlèvement") par Brian Johnson, alias Steve Marsden, qui prétend analyser le dossier de la PJ et en particulier les incohérences des principales dépositions (pourquoi les MC ont-ils engagé des avocats coûteux et intimidateurs ? Question légitime au demeurant).  Combien d'exemplaires ont-ils été vendus ? La seule certitude est que SM s'est révélé être un propagateur de mythes  et du côté complotiste.






Page suivante