Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

2016-02-03

2016 - de FEV à MAI - chap. XLIX





XLIX. Le syndrome de la femme blanche disparue





Bien qu'étant à la veille de ses 4 ans, Madeleine MC figure sur la liste des jeunes filles et femmes de la classe moyenne supérieure ayant en commun, selon un biais qui leur assure une exceptionnelle couverture médiatique par rapport à celles d'autres ethnies ou classe sociale, d'être blanches, jolies et perdues de vue.
Ainsi, en pleine guerre d'Irak le 23 mars 2003, trois jeunes soldates américaines sont attaquées. Lori Piestewa meurt au cours de l'attaque, Jessica Lynch et Shoshana Johnson sont blessées et enlevées. La blonde et jeune JL, figure parfaite de la damsel in distress des romans courtois, suscite infiniment plus l'attention des médias que la noire et mère célibataire SJ.


Le faux sauvetage du soldat Jessica Lynch, pure propagande du Pentagone à l'usage du public américain (et des médias) pour justifier l'invasion de l'Irak.



Février


17 – Vers minuit, des Chinois d'une quarantaine d'années laissent leur petite fille (5 ans) endormie dans la chambre d'un hôtel de luxe à Lisbonne, pour aller jouer au casino. L'enfant se réveille, cherche ses parents, s'affole probablement et finit par tomber du 21è étage. Il semble que certains parents n'ont pas assez d'imagination pour se représenter qu'un enfant endormi peut se réveiller.

Au nom de Missing People et en partenariat avec la National Crime Agency, Kate MC lance une campagne de deux semaines dans The Sun, le quotidien de droite qui tire à près de 3 millions d'exemplaires (donc plus ou moins 6 millions de lecteurs) et qui peut vous ruiner ou vous rendre célèbre en un clin d’œil. L'objectif est qu'un million de personnes acceptent de recevoir des courriels d'alerte chaque fois qu'un enfant disparaît ou semble en danger imminent.  
À cette occasion la tentation est grande pour le plus populaire des tabloïds de questionner la mère de la disparue la plus connue du XXIème siècle. On apprend ainsi que les jumeaux continuent à collecter des sous dans leur école pour alimenter Madeleine's Fund.





La question du retour de Madeleine, dont on ne parle jamais peut-être parce qu'on sait qu'elle ne se posera jamais, est passablement complexe. Cette question ne peut faire abstraction de la manière dont la disparition de Madeleine a été gérée vis-à-vis des jumeaux.
Deux scénarios sont possibles, quoique hautement improbables, qu'ils soient du genre conte de fées (le premier), ou du genre film d'horreur (le second) :
1. Madeleine a passé plus de 9 années heureuses dans une famille, trois fois plus de temps qu'elle n'en a passé dans sa famille d'origine. Amis ? Intégration scolaire ? Celle-ci pourrait être 
a) dans un pays anglophone, auquel cas la communication n'est pas un problème.
b) dans un pays non anglophone auquel cas ce problème n'aura existé qu'au début, l'anglais devenant une langue secondaire ou étant carrément oubliée. 
Dans les deux cas la réunion poserait des problèmes, le bien-être de Madeleine ayant la primeur sur les désirs des parents. La situation de réinsertion dans sa  famille d'origine s'assimilerait au placement en famille d'accueil, une expérience délicate et éventuellement traumatisante surtout si l'enfant a été heureuse dans sa famille d'adoption, les souvenirs de sa première famille s'étant estompés. Normalement le départ définitif est préparé : visites des parents au domicile actuel, visites de l'enfant au domicile de ses parents d'origine, échanges de souvenirs, sorties ensemble, week-ends, etc.. 
Penser que Madeleine reviendrait dans la chambre qui l'attend pour ouvrir les cadeaux reçus à chaque anniversaire est on ne peut plus naïf. Penser que les jumeaux verraient cette situation d'un bon oeil (cesser d'être le centre des attentions) est une autre illusion. Ils seraient certainement soulagés, plus par le dénouement d'une histoire qui doit leur peser que par le retour d'une soeur, mais cette soeur inconnue serait aussi leur aînée. Les jumeaux heureusement ne peuvent être l'aîné l'un de l'autre.  
2. Madeleine a vécu au sein d'un gang pédophile pendant 9 ans. 
a) dans un pays anglophone.... 
b) dans un pays non anglophone... 
Il est certain que toute miraculeuse qu'ait été sa résilience, extraire la fillette d'une telle situation serait si urgent qu'il faudrait renoncer à l'acclimatation progressive décrite ci-dessus. Mais on pourrait la confier à une institution spécialisée au début, éventuellement dans le pays où elle a été trouvée (a fortiori si elle ne sait plus l'anglais) ou au Royaume-Uni où on la préparerait à un possible retour chez ses parents après des soins spéciaux dépendant de la situation, de son état mental, etc. Surmonter tout cela serait atrocement difficile, il va sans dire. 
Les jumeaux auraient alors besoin de soutien : jusqu'à quel point leur faire savoir, comment répondre à leurs questions, comment leur parler de l'épreuve que leur soeur a traversée ? Si Madeleine ne parlait plus l'anglais il lui faudrait un interlocuteur ou, mieux, ses parents devraient apprendre sa langue.
Dans un troisième scénario, celui dont le temps qui passe confirme la probabilité, Madeleine ne revient pas, elle est morte. Les jumeaux, que rien ni personne ne pourra empêcher d'accéder à Internet, verront les discussions, les doutes, les spéculations et les théories quant à ce qui est arrivé à leur soeur. Que leur répondront leurs parents quand l'un d'eux demandera "nous avez-vous vraiment laissés seuls dans cet appartement ?"

21 – Katie Hopkins, chroniqueuse et TV personnalité controversée qui n'a pas froid aux yeux, publie dans le Daily Mail un article sur l'affaire MC où elle déclare d'emblée avoir voulu dire ce qu'elle pensait mais n'en avoir pas eu l'autorisation. Après ce pavé dans la mare... aux canards, d'autres  se risqueront-ils à rompre le silence ? KH trouve malséant que les MC, coupables de négligence mais protégés par un bouclier invisible et incompréhensible, soient les figures de proue de campagnes pour les enfants disparus. Ils ne méritent pas les 11 millions de livres des contribuables pour chercher Madeleine ou essayer d'apaiser leur conscience ou de sauver leur réputation.
Proxy

21-23 – A lieu à Budva la conférence internationale Liberté d'expression et responsabilité des médias, organisée par le parlement du Monténégro en coopération avec le Conseil de l'Europe sur le rôle des médias dans les sociétés démocratiques modernes.

26Kate MC reçoit le prix Stephen Wynard de l'association caritative Missing People lors d'un gala à la BT Tower de Londres auquel assiste Bob Geldof. Le prix est destiné à saluer ceux qui, malgré l'épreuve traversée, donnent leur temps pour améliorer la situation des enfants perdus de vue et de leurs familles.




Mars


08 – Est publié Before Spin de Keith McDowal, ex-attaché de presse gouvernemental, qui ne fait pas de cadeau aux spin doctors et n'épargne pas la presse. Les journalistes d'aujourd'hui ont-ils encore le sens de l'honneur ? Préféreraient-ils les sous de Richard Desmond plutôt que l'envoyer au diable si cela impliquait d'infliger encore des tortures aux MC, faussement accusés de l'assassinat de leur propre enfant? Voilà encore quelqu'un qui rapporte une rumeur parce qu'elle sert son propos.


18 – L'heure du crime (RTL) de Jacques Pradel porte aujourd'hui sur un signalement au Paraguay dont il y a très peu à dire mais qui fournit le prétexte de reparler de l'énigme avec notamment George Moréas. Le texte d'introduction (en fait une vieille rédaction recyclée) répand malheureusement beaucoup d'erreurs : 1) les MC ne résidaient pas dans un hôtel, mais dans un appartement situé à environ 100m du restaurant. 2) Ce ne sont pas les MC, mais le réceptionniste du complexe qui a appelé la PJ, une quarantaine de minutes après le constat de la disparition et à la demande du gérant de l'OC. 3) Les MC n'ont pas été mis en examen, ils sont, de victimes, devenus témoins assistés. 4) L'élément crucial qui a mené au changement de statut des MC est l'alerte, par un chien britannique spécialisé en détection de cadavre, à l'endroit où l'enfant a été vue pour la dernière fois (par son père). 5) La décision de classer l'affaire fut largement due au refus du groupe des 7 (TP 7) de participer à une reconstitution de la soirée du 3 mai, requise par le Procureur de la république. 6) SY n'a pas décidé de reprendre l'investigation, la décision a été prise personnellement par le PM David Cameron, à l'instigation pressante sinon intimidante de Rebekah Brooks.

– La CEDH donne raison, au titre de l'article 10, à la journaliste qui avait diffusé une bande sonore et des images captées dans une salle d'audience en 2005, sans demander l'autorisation. La cour d'appel portugaise (en 2009) et le Tribunal constitutionnel (en 2011) avaient confirmé la sentence, une amende assez symbolique. Il faut préciser que la diffusion avait eu lieu après l'énoncé de la sentence et que les voix avaient été digitalement légèrement modifiées. 

24 – Une trentaine d'enquêteurs de l’Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes (OCRVP) ont été chargés de sélectionner des affaires criminelles non résolues (cold cases) à ré-examiner. Souvent une nouvelle affaire en chasse une autre, qui stagne et finit par disparaître au fond d'un tiroir. Il s'agit d'étudier les enquêtes à la lumière des avancées techniques de la police scientifique. Les données des 97 dossiers retenus, qui datent de 3 à 25 ans, ont été introduites dans le logiciel SALVAC (système d'analyse des liens de la violence associée aux crimes) en vue d'effectuer des rapprochements, de détecter des pistes non explorées et de s'assurer que tous les scellés ont été exploités. 

29 – Intéressant arrêt de la Grande Chambre de la CEDH, saisie (demande de renvoi de la Suisse) dans l'affaire Bédat vs Suisse après l'arrêt de la Chambre de juillet 2014 qui donne satisfaction au journaliste AB en considérant que l'article 10 a été violé. Il est, dans cette affaire et contrebalançant la liberté d'expression (art. 10), question de violation de secret de l'instruction (art. 6, en l'espèce publication de procès-verbaux d’audition et de correspondance figurant dans le dossier d’une instruction pénale en cours) bien que dans l'intérêt général du public, non respect de la présomption d'innocence et du droit à la protection de la vie privée (art. 8). La Grande Chambre (13 des 15 juges, les opinions dissidentes étant publiées) considère que la condamnation du journaliste à une amende pour avoir révélé des faits couverts par le secret de l'instruction ne constitue pas, en soi, une atteinte à la liberté d'expression.
Pourquoi la Grande Chambre a-t-elle renversé la décision de la Chambre ?
Le débat d'intérêt général cesse de justifier une définition extensive de la liberté de presse lorsque le sensationnalisme prévaut sur l'information. Ne convient-il pas en effet de distinguer entre la presse people et la presse d'information générale ? Il semble que la Cour ait voulu limiter une notion qui donnait à la liberté de presse préséance sur tous les autres droits. Un article ne peut s'affranchir du type de journal dans lequel il s'insère. Roseline Letteron voit tracée, dans cette évolution jurisprudentielle, la limite de l'influence états-unienne.
Le droit américain de la presse repose sur une conception absolutiste du 1er Amendement et la notion de débat d'intérêt général était le vecteur d'un rapprochement très sensible dans les années récentes. En posant des bornes à cette jurisprudence, la Grande Chambre marque ainsi son attachement à l'émergence d'un standard purement européen des libertés.


31Clôture des comptes de Madeleine's Fund. Grand silence et plus que squelettique rapport. Le solde est d'environ 746 mille livres, dont environ 560 mille livres de fonds à usage restreint.



Avril

05Un groupe de "victimes d'abus médiatiques" du mouvement Hacked off, dont Gerald et Kate MC qui signent une lettre ouverte à David Cameron, reprochent au PM de ne pas respecter sa promesse solennelle de protéger le public de la puissante industrie de la presse. Gerald MC fait savoir au Guardian que ceux vis-à-vis desquels le PM a pris des engagements en public et en privé sont amers : Si (le PM) ne tient pas sa promesse de mettre sur pied de manière exhaustive le cross-party agreement, de faire en sorte que la commission Leveson soit menée à bien et de donner la préséance aux besoins du public sur les barons de la presse, il nous aura trahis.  

Le plus manipulateur n'est pas toujours celui qu'on croit

11L'UE publie le tableau de bord de la justice dans l'Union, l'objectif étant d'apprendre les uns des autres afin d'améliorer l'efficience des systèmes judiciaires nationaux.


13 – En Australie, Mumbrella CommsCon est un événement majeur en fait de relations publiques, de médias sociaux et de professionnels de la communication. Le spin-doctor Clarence Mitchell ouvre le bal et expose les secrets du maintien de l'affaire MC parmi les gros titres pendant huit ans. Programme ici.


18  Detective Chief Superintendent Mick Duthie, qui dirige la section homicides et crimes majeurs du Met et admet ne pas avoir encore complètement compris ce qui est arrivé à MMC et pourquoi elle avait été prise, déclare au London Evening Standard qu'il est encore possible de trouver Madeleine et, espère-t-il, vivanteC'est ce que nous voulons, ce que la famille et le public veulent et c'est pourquoi le Home Office continue à financer (l'enquête britannique). Il y a encore du travail à faire. On ne saurait parler de wishful thinking à meilleur escient.

19 La Cour d'Appel de Lisbonne, qui a donc jugé que la décision de la juge de première instance n'était pas correcte, casse la sentence de première instance condamnant l'ex-inspecteur de la PJ Gonçalo Amaral à verser aux MC 500 mille euros de dommages et les intérêts associés. Comme les MC n'ont pas, de leur côté, fait appel de la décision de première instance qui déboutait leurs trois enfants de toute compensation, cette partie de la décision de la juge de première instance est entérinée. 
Mais tout n'est pas fini car, selon leur avocate Isabel Duarte, les MC souhaitent recourir auprès de la Cour suprême. 
Le Tribunal d'appel considère qu'il était licite d'indiquer dans un livre ce que l'enquête avait mis au jour en fait de responsabilité des parents dans la disparition de l'enfant, et que rien ne fondait la demande de dommages des MC. Il reconnaît enfin à GA le droit constitutionnel d'exprimer son opinion, ce que contestait la juge de première instance. Les requérants sont condamnés à la totalité des frais de justice de première instance et de l'action en appel.  Ceux-ci dépendent du montant en cause (environ 12%).
Traduction en français de l'arrêt de la Cour d'Appel ici (1), ici (2) et ici (notes). En anglais ici
Expresso titre "Maintenant c'est au tour de Gonçalo Amaral de traduire les MC en justice". Les dommages que l'action des MC lui a causés sont manifestes :  patrimoine gelé depuis plus de 6 ans, livre retiré de la vente, vitupérations des médias britanniques, etc..  
La juge de première instance avait considéré que GA avait abusé de ses prérogatives et manqué à son devoir de présomption d'innocence. Les juges d'appel ont pointé que les conclusions de GA étaient dans le domaine public avant la publication de son livre. Quant à la présomption d'innocence, elle s'applique aux suspects, ce que les MC n'étaient pas (seulement témoins assistés). Les juges d'appel ont aussi remarqué que les MC avaient eux-mêmes aliéné le droit au respect de leur vie privée en courtisant les médias, participant à des sessions de photos, à des interviews, des vidéos, etc. Par ailleurs les MC ont d'emblée fait savoir que leur fille avait été enlevée sans préciser que cette théorie ne se fondait sur rien, ouvrant ainsi la voie à la publication de thèses concurrentes, éventuellement aussi dénuées de preuve.


Les MC publient, sur le site officiel, la déclaration suivante : La décision de la Cour d'Appel portugaise nous déçoit. Comme nous l'avons déjà dit, cette action n'a jamais était une question d'argent. Elle a toujours ciblé les effets des diffamations sur nos autres enfants et les dommages causés à la recherche de Madeleine. Nous continuerons à nous défendre contre cette diffamation et la recherche de notre fille (sic ! curieux lapsus qui aurait enchanté Docteur Freud). Nous ferons appel auprès de la Cour suprême portugaise. Tout se passe comme si les MC n'avaient pas lu la sentence du tribunal de première instance qui faisait pourtant clairement savoir que les trois enfants étaient déboutés : les jumeaux pour les effets sur eux des propos de GA et Madeleine pour les torts causés à la recherche de sa personne. La juge avait considéré comme "non prouvé" le fait que les lecteurs du livre de GA, croyant sa thèse de mort de MMC, cessaient de la chercher, réduisant cet argument à une pure spéculation. Les MC auraient pu faire appel, mais l'appel aurait couvert toute la sentence, autrement dit la moitié (financièrement) qui leur était favorable.
Et puis aussi il n'a jamais été question de diffamation. Pour que des propos soient considérés comme diffamants il faut démontrer qu'ils sont mensongers ou au moins tendancieux.
On conviendra que dépenser encore de l'argent dans l'espoir d'une révocation de la décision d'appel n'a de sens que si les MC comprennent pourquoi la juge de première instance leur a donné en partie raison et pourquoi les trois juges de la cour supérieure n'ont pas été du même avis. Faute de quoi l'affaire pourrait finalement prendre une allure d'histoire de gros sous lorsque sera envoyée la facture des frais de justice.
Il est vrai que l'argent ne sort pas des poches des MC, mais de la caisse de Madeleine's Fund.

20L'ex-ambassadeur, militant des droits de l'homme et ex-recteur de l'université de Dundee, Craig Murray, écrit sur son blog qu'il a une confession à faire... Il s'étonne, en raison de son expérience, de l'extraordinaire sollicitude accordée par le PM à une affaire somme toute banale et révèle inter alia qu'il n'était pas le seul... L'ambassadeur Buck avait conseillé au FCOen raison d'inconsistances dans leurs dépositions, d'observer une certaine distance par rapport aux MC. Cette mise en garde avait fuité à travers la mission diplomatique à Bruxelles et le  journal belge Dernière Heure en avait informé ses lecteurs (l'article n'est plus en ligne depuis longtemps).  Lire ici.


23Il y a beaucoup d'inexactitudes et contre-vérités non corrigées dans ce débat à CMTV, ce qui ne laisse guère augurer que l'on saura un jour ce qui est arrivé à MMC.



 
La journaliste Tania Laranjo affirme sans pincettes que les MC ont eu, dans leur malheur, le bonheur d'être et médecins et britanniques. Il n'est pas douteux que, hormis soupçons et complexes, les Portugais avaient de bonnes raisons de penser que le comportement des Britanniques trahissait un certain racisme. En effet deux ressortissants inconnus clament haut et fort que leur fille a été enlevée. Des douzaines de gendarmes et de OPJ en doutent. N'ont-ils pas expérience, expertise et accès aux preuves matérielles? Le couple seulement sait, c'est du moins ce qu'il déclare. On se fie à leur discours, sûrement plus valide que celui des Portugais, que l'on ignore, policiers, journalistes, hommes de la rue confondus. Cool Britannia ou Perfide Albion ?  
Traduction et notes ici.  

26  À la suite d'un auditeur curieux de savoir quelles sont les chances de trouver cette fillette, Nick Ferrari (LBC radio, transcription ici) pose des questions parfois dérangeantes à  Sir Bernard Hogan-Howe, comme "Quoi, 30 policiers !" (à étonnement feint, réponse biaisée)   Un dossier de milliers de pages et de surcroît à traduire. Il s'agissait d'examiner tout ce que les Portugais avaient fait, de déceler éventuellement des failles et d'offrir une aide. Certes l'équipe a été réduite à deux ou trois éléments, mais c'est une enquête portugaise... . "Où en êtes-vous ?", demande NF,   Nous devions épuiser toutes les possibilités, il reste une piste qui vaut la peine.  "Ça va durer encore longtemps ?"   On ne classe pas ce type d'enquête.  "Mais pourquoi tant de moyens sur cette affaire-là en particulier ?"    Décision gouvernementale. 
Début mai 2007 une équipe de policiers du Leicestershire Constabulary et de SY avait collaboré avec la PJ jusqu'au départ furtif des MC, devenus arguidos, le 9 septembre 2007.





En résumé, SY n'est pas plus avancé que la PJ lorsque l'affaire fut classée en juillet 2008. Mais, mutatis mutandis, les 5 ans de relecture et enquête de SY ont coûté nettement plus cher aux contribuables britanniques que les 15 mois de l'enquête criminelle portugaise.
Il se dit, sur les forums, que l'ultime piste à explorer évoquée par BHH est peut-être liée aux MC. C'est faire peu de cas des attributions de Operation Grange dont la mission n'a nullement été de reprendre l'enquête criminelle portugaise là où le Ministère public l'avait laissée (dans ce cas, celui d'une disparition, SY aurait d'emblée investigué les dernières personnes à avoir vu l'enfant), faute de protagonistes pour une reconstitution jugée incontournable, mais, et très clairement, de venir en aide à la famille en cherchant une MMC qui avait une bonne chance d'être vivante et d'identifier son ou ses ravisseur(s). On voit mal comment les MC pourraient, ce cadre d'enquête étant posé, faire l'objet d'une investigation. 
L'argument est que des policiers compétents et honnêtes ne sauraient, au cours de la re-lecture d'une affaire non résolue, découvrir des éléments mettant sérieusement en cause le cahier des charges sans le faire savoir à leurs supérieurs. C'est oublier que les officiers de police ne sont pas libres de mettre leur nez dans toutes les directions. Bien qu'elle existe dans la plupart des organismes, la hiérarchie, est particulièrement contraignante dans la police. C'est au sommet de la pyramide que sont définies les tâches et prises les décisions. Plus on grimpe, plus on a une vue d'ensemble et plus on a le droit de prendre des initiatives. Au milieu de la pyramide, cette perspective fait défaut, aussi ne peut-on juger de l'importance ou non d'un élément de preuve. Si un policier songe à enquêter sur une voie qui excède les limites de ses attributions, il ne le fera certainement pas sans l'accord et l'autorisation expresse de ses supérieurs, ne serait-ce qu'eu égard à sa propre sécurité. Si sa demande est refusée, il en restera là, à moins d'être casse-cou et d'avoir une vocation de lanceur d'alerte. Dans ce cas, il lui faudra être très sûr de son fait, et, délicate question, précisément avant d'enquêter.. 




Mai

03 – Pat Brown publie If the Scotland Yard Review is legitimate, then the MC are likely innocent.


– L'anniversaire (9 ans) de la disparition est brièvement évoqué sur le site officiel.


Ou plutôt... Puisque certains, quand ils n'ont rien à dire, veulent qu'on le sache, histoire d'en faire profiter les autres...



10 4 ans après les travaux de la Commission Leveson (Leveson Inquiry), une enquête effectuée sur 700 journalistes britanniques révèle que 25% trouvent acceptable de ne pas vérifier l'information avant de la publier ou de la diffuser.  Parmi les questions posées il y avait le refus ou non de payer une source ou de recevoir de l'argent pour faire pression, l'utilisation ou non de matière sans permission, le recours ou non à des subterfuges pour "avoir une histoire", à la falsification et à la vérification. Article et résultats détaillés de l'enquête ici.

–  Le Parlement européen adopte un plan d'action de sauvegarde des enfants disparus dans un manifeste considéré comme le plus achevé depuis 2011. La grande majorité des 465 MPE soutiennent l'Alerte Amber Europe et plaident pour une meilleure coopération entre les États-membres. 250 mille enfants par an disparaissent dans l'UE. Les enfants sont tués dans les 3 heures suivant l'enlèvement, dans 76% des cas. Souvent les recherches stagnent aux frontières, alors que 37.5% des Européens y vivent.

13 Histoire d'avoir une idée des indemnisations accordées par la justice portugaise. Alors que le lieutenant-colonel d'aviation João B. Ferreira avait été acquitté en première instance, la Cour d'appel de Lx l'a condamné  à une amende de 1800 € et à payer une indemnisation de 25.000 € à Manuel Alegre, candidat à la présidence de la République au moment des faits, pour avoir écrit dans un blog que le militant socialiste était un déserteur et traître à la patrie, une opinion étayée par divers faits datant des années 1960.

16 Clarence Mitchell est nommé directeur des affaires publiques de la firme  JBP. Clarence Mitchell Communications, qui pourtant ne semble pas en grande activité, se maintient. Quid des MC ? À en juger par le "silence de l'anniversaire", le maintien de l'enlèvement dans les gros titres a-t-il été abandonné ? Les médias aimeraient bien produire des histoires, mais les commentaires suggèrent que les gens n'ont plus guère envie de les lire.

20 – Depuis 2003, les chiens de la brigade d’odorologie aident la police à confondre des suspects à partir de leur empreinte olfactive. Après avoir analysé toutes les données disponibles sur le sujet, des chercheurs viennent de valider la fiabilité de cette technique. Cette vidéo a été réalisée en partenariat avec LeMonde.fr.


21 – La célèbre Sharon Osbourne ayant critiqué dans son talk show (CBS) les parents qui laissent leurs enfants sans surveillance, en citant l'exemple insensé des MC (sans toutefois les nommer), un "ami anonyme", probablement le spin-doctor Clarence Mitchell, trouve très décevant que quelqu'un à si haut profil fasse ce type de commentaire ignorant et mal informé. Un tel "ami" dispense d'avoir des ennemis, car les faits sont dans le domaine public depuis mai 2007 : des parents partent dîner en laissant leurs enfants seuls, l'un d'eux disparaît. Ces faits ont été contés à la planète entière par les parents eux-mêmes. S'ils sont inexacts, il est peut-être temps de dire à la planète entière quels sont les faits exacts. Le fameux "ami" déclare aussi à qui veut l'entendre que, si on a le droit d'avoir une opinion, on doit aussi la garder par devers soi. Mais SO, qui établit une relation de cause à effet entre cette situation et le fait qu'une enfant a été prise, semble croire à l'enlèvement. Les MC sont-ils d'accord avec leur "ami" ? Probablement, parce qu'ils ont dépensé du temps et de l'argent pour tenter de faire taire les opinions divergentes. Ils se sont placés, avec leur famille et leurs enfants, sur le devant de la scène médiatique, ils ont même payé 500.000 livres (de Madeleine's Fund) pour y rester pendant un an, afin de faire la promotion de leur histoire. Pourquoi n'aurait-on pas le droit d'exprimer son désaccord ?

Il est possible de maintenir le public attentif à la disparition d'un enfant sans séances de photos médiatiques, avec enfants (famille) ou sans (victimes), sans critiquer les efforts de ceux qui essaient de retrouver l'enfant, sans demander à vos proches de faire savoir aux journaux leur colère quand vous devenez témoin assisté. Cela visait-il vraiment l'intérêt de l'enfant?
On se souvient, par ailleurs, d'une tweeteuse britannique qui laissait sur la Toile des commentaires anonymes, ce qui n'est pas illégal. Les supporters ont envoyé une série de commentaires immondes à la police, mais, au pays du libel turism,  les experts ne les ont pas jugés illégaux. Qu'à cela ne tienne, les supporters ont identifié la tweeteuse en octobre 2014 et l'ont signalée aux médias, qui bien entendu l'ont traquée. La tweeteuse s'est donné la mort. 
On remarquera de surcroît la portée sournoise des mots utilisés, qu'ils soient employés par inadvertance (un mot pour un autre) ou de manière biaisée, non pour orienter le débat, mais pour manipuler l'opinion.



On le sait, brandir la connaissance des faits exacts permet de s'arroger l'exclusivité du discours. Désormais les jumeaux et l'entourage sont évoqués pour faire honte aux monstres grincheux, jamais contents et carrément méchants. Tout l'argent investi dans la sauvegarde de la réputation des MC semble avoir été dépensé en vain. Au reste, en fait de réputation, est en cause non leur culpabilité, affichée ou non postérieurement, mais le fait qu'ils continuent à ne pas considérer irresponsable de laisser seuls et sans défense trois très petits enfants. Jusqu'à quand les MC se réfugieront-ils dans le registre implicite du comment avez-vous le courage de nous critiquer alors que nous avons perdu un enfant ? S'ils n'avaient pas perdu d'enfant, on ne saurait rien de leurs arrangements téméraires, mais ils en ont perdu un et on le sait. 

Les médias ont pendant des années été favorables aux MC, interdisant tout commentaire sur leurs sites respectifs. La Toile était le seul espace où des vues différentes pouvaient s'exprimer. Les vigilants supporters des MC ont descendu en flèche ceux qui osaient désapprouver, passer au crible et contredire, ils les ont stigmatisés, voire publiquement dénoncés. Ils se sont en un mot comportés comme des redresseurs de torts plus royalistes que le roi. Mais le temps qui inéluctablement construit l'indifférence permet de plus en plus aux vues divergentes de se faire entendre, offrant aux retenues des bâillonnés un réceptacle sans pareil. 

23 Les MC, qui avaient obtenu en première instance deux de leurs cinq requêtes (les trois autres faites au nom de leurs 3 enfants) mais ont été déboutés par la Cour d'appel de Lisbonne, ont déposé un recours auprès de la Cour suprême.

31 – La presse tabloïd britannique s'agite à l'idée que les MC pourraient avoir à payer d'exorbitants frais de justice et devraient pour ce faire recourir à Madeleine's Fund, dont les statuts excluent toutefois la prise en charge par le fonds des dépenses liées aux assignations en justice concernant les parents.


Le premier album de Donovan